RHYL : Serveur RP pour Ultima Online

Rhyl est un serveur gratuit et francophone dédié au jeu de rôle en ligne.
 

Partagez | 

Shadi le chat du désert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Shadi le chat du désert Sam 21 Juil - 9:53
Shadi
Le chat du désert

Shadi ne suivait que deux règles dans sa vie ; ne jamais se laisser attraper et vivre chaque jour comme si c'était le dernier. C'est ainsi qu'elle avait vécue jusqu'à aujourd'hui et qu'elle vivra probablement toujours. La liberté comme amie et l'art pour amant, elle ne se laissait jamais détourner de ce crédo bohème qu'était le sien. Même étant enfant, les gens de son entourage avaient toujours eu du mal à la maintenir en place. Elle était toujours à droite et à gauche à vadrouiller, à rigoler et à faire des espiègleries, ne s'arrêtant que pour saluer ses proches ou manger. Un vrai petit chat du désert, insaisissable, que personne ne pouvait attirer ou retenir. C'est d'ailleurs ainsi qu'on la surnommait dans le clan à chaque fois qu'elle faisait une bêtise, tout le monde savait de qui il s'agissait ! Le clan Saadna était semi-nomade dont une infime partie vivait à Samarach à faire du commerce clandestin pendant que l'autre, plus petite encore, préférait les grands espaces et la beauté impitoyable du désert. Un clan qui se voulait discret et secret, duquel on préférait taire le nom. Une famille coupée entre des sédentaires peu fiables et des nomades vivant de la chasse, n'importe quel type de chasse. Une chose les caractérisait tous, une simple chose à laquelle tout le monde était d'accord ; jamais la liberté ne devait être compromise. La liberté de choisir son propre chemin, la liberté d'aller là où on le voulait et c'est ce que notre chaton des sables avait choisi comme vie ; aller où bon lui semble, quand elle le veut et sans rendre de compte à personne. Mais... ce genre de comportement ne plaît pas à tout le monde, malheureusement, surtout à ceux dont la discipline régit tout.

Elle ne connaissait pas ses parents ni ses véritables origines et elle s'en moquait éperdument ! Ce n'était pas ce genre de détail qui la retenait plus qu'il ne fallait et n'avait aucun regret que ce soit à ce sujet. Ce n'était pas faute d'avoir cherché cependant, mais elle n'avait trouvée aucune trace de ses géniteurs que ce soit chez les nomades ou durant ses rares passages en ville, comme s'ils n'avaient jamais existé. Qui étaient-ils ? Elle ne l'avait jamais sut. Tout ce qu'elle savait c'était qu'elle avait été secourue aux abords de la capitale khazare, après une tempête de sable alors qu'elle n'avait que deux ans. Elle était seule, cachée sous une caisse de bois, victime de ce vent qui la faisait pleurer. Ses parents, semblaient-ils, avaient été surpris et n'avaient sans doute pas eu le temps de se réfugier avant que souffle la colère du désert et ne les emportes. C'était l'hypothèse la plus plausible, selon les anciens. Quand elle fut ramenée au campement ils accueillirent à bras ouvert la fillette et elle fut déclarée "enfant du clan". Elle fut tout simplement élevée par cette famille des sables en attendant qu'elle soit en mesure de se débrouiller seule, par elle-même, comme tous les autres membres Saadna.

Elle grandissait bien et son caractère de feu se forgea à travers les épreuves et les affres de l'existence. Si jadis une fut une vraie petite peste, l'âge adulte la rendait plus sage, mais elle était toujours autant insubordonnée et indocile. L'adolescence de Shadi s'était passé à la faveur des étoiles et de la lune. Vivante de nuit, la jeune fille avait trouvée la passion de sa vie en épiant les plus belles femmes du clan. Se cachant très souvent entre deux tonneaux, elle voyait ces corps magnifiques ondulés autour des feux, aux sons des musiques khazares et des rires. Elle voyait ces femmes faisant voler de simples étoffes, devenues soierie de rêve entre leurs mains. Totalement sous le charme de ces danseuses, elle avait envie elle aussi de se laisser emporter par l'art et de vivre cette passion jusqu'au bout. Ses escapades nocturnes furent peu à peu une véritable révélation dans sa vie, si bien qu'un jour elle se lança et demanda à apprendre l'art de la danse et la musique ancestrale de son peuple à celles qu'elle admirait tant. Ces femmes dont la beauté était remarquable furent absolument ravie d'avoir une petite élève. L'une d'entre elle, la plus expérimentée avait vu chez Shadi du potentiel indéniable de par son teint alezan, ses grands yeux anthracite et sa chevelure d'ébène, elle en était sûre, elle allait devenir une créature enchanteresse, du peu qu'on l'aide un peu ! Mais tout ça, la petite s'en moquait, elle ne voulait pas séduire les hommes, elle voulait simplement danser, chanter et jouer du luth la nuit au coin du feu. Elle entreprit tout de même de suivre ces "artistes" pour réaliser ses rêves. Elle avait fait son choix. Les années passèrent et les prédictions de la danseuse s'avéraient vrai, maintenant adulte Shadi avait passée chaque temps libre et chaque nuit à s'entraîner aux côtés de ces femmes qui étaient devenues par la force des choses ses mères et soeurs. Très soudées, elles étaient belles à voir quand la fraîcheur du soir se levait et que les reflets des flammes caressent leurs courbes aguicheuses. Elle était sans nul doute une fière héritière du sang khazar, faisant revivre les mystères de ce peuple à la faveur du ciel de minuit. Elle avait construit par elle-même ce caractère fougueux et passionné qu'on lui connaissait aujourd'hui. Maintenant âgée de 25 ans, elle avait pour elle cette beauté sauvage et cette agilité que l'on décrit des panthères. Elle était une artiste accomplie qui vivait de sa passion sans entrave. Après tout, n'avait-elle pas que deux règles dans sa vie ?

D'ailleurs, le jour de ses 25 ans fut un tournant marquant pour elle. Elle avait décidé de quitter la branche nomade des Saadna pour rejoindre celle de la ville en Samarach. C'était pour elle une nouvelle forme de liberté ; choisir sa voie et son propre destin. Il était temps pour elle de faire sa vie, seule, d'apprendre et de décider ce qu'elle voulait être. Alors que les nomades Saadna passèrent proche de la capitale, elle prit ses maigres affaires, embrassa les anciens et ses proches et elle quitta la famille. Au début ce ne fut pas simple pour elle, la vie en ville était largement différente du désert. La branche sédentaire avaient des méthodes qui ne correspondaient pas à Shadi et à ses valeurs, mais elle dut se rendre à l'évidence, ils ne l'aideraient pas tant qu'elle ne se plierait pas à leurs règles. Un peu forcée par sa famille, c'est ainsi qu'elle dut apprendre à voler sur le marché pour survivre. Un fruit par-ci, une galette par-là, parfois un pain ou un bout de viande. Ce n'était guère suffisant et le vole ce n'était pas ce à quoi elle aspirait de sa vie. Elle voulait vivre de son art, quitte à peut-être voyager par-delà les dunes de sa patrie. C'est pourquoi après quelques semaines en compagnie de son clan de ville, Shadi décida qu'il était temps pour elle de quitter les Saadna. Un choix difficile, mais nécessaire. C'est à partir de ce moment qu'elle tut le nom de son clan pour n'être que Shadi. Rien, pas même sa famille ne devait entraver sa route.

Aujourd’hui elle n’était plus rien, n’avait plus rien, mais elle s’en fichait, car elle avait les ailes du vent et la passion du sang. On pouvait la voir arpenter les rues de la capitale khazare à la recherche d’inspiration, quelque chose qui ferait vibrer son cœur d’artiste, un but à sa vie qui donnerait un sens à ce qui faisait d’elle Shadi.

_________________
Shadi
Shadi


Messages : 23
Date d'inscription : 28/06/2018
Age : 33


Voir le profil de l'utilisateur
 
Shadi le chat du désert
Revenir en haut 
Page 1 sur 1