[BG] Loyanic

Aller en bas

[BG] Loyanic

Message par Loyanic le Lun 9 Avr - 9:23

- Tu allais où, Cald ? Dit l’homme tout de noir vêtu.
- Nulle part, nulle part, promis ! Dit Cald, suspendu au bout du bras de son interlocuteur.
- Tu sais ce que Loyanic déteste autant voir plus que de ne pas se faire rembourser une dette ? Continua le premier en avançant encore un peu son bras au-dessus du faîte du toit.
- Non !  non ! Pitié…  enfin… tu vas me le dire, je suppose ? Déglutit tant bien que mal Cald en regardant les pavés quatre étages plus bas.
- Les faux frais. Il déteste les faux frais. Tu comprends, c’est comme si il avait mal évalué une marchandise. C’est insoutenable, ça le rend fou !
- Ho, vraiment ? Susurra le suspendu.
- Tu es un faux frais, Cald. Tu ne sais pas le prix que je coûte. Je suis cher, très cher, trop cher pour toi. Mais Loyanic a des principes. Par exemple : « Paye ta dette…
- Ou je paye ta tête »... Je sais… Pitié ! La goutte de sueur qui coulait le long de sa tempe n’était pas due au climat. Il faisait plutôt nuit, frais et sec, agréable… sauf pour les gens suspendus à un bras à 4 étages du sol, évidemment.
- Tu croyais quoi, alors ? Que je n’allais pas te retrouver ? Que te mêler à la populace de Valcoeur allait te rendre invisible ? Il tourna la tête de côté pour se donner un air interrogatif, ce qu’il réussit parfaitement, bien qu’il portait une capuche et que l’on ne voyait que le blanc de ses yeux dans la noirceur de son accoutrement.
- Non… enfin, si... Dit l’homme en situation précaire qui commençait à avoir du mal à respirer.
- Penses-tu que alors que les gens issus de Sombremont sont de sombres cons ? Que ta dette allait s’effacer telle la maison Lamelongue  ? Demanda le sombre personnage d’un ton guilleret rempli de sous-entendus à base de tête explosée sur le pavé.
- Non, enfin si… enfin, ça rime… mais non…  Pitié ! Carl devenait cramoisi mais c’était toujours mieux à ses yeux que de devenir cadavre moisi.
- Bien. Trois fois ta dette, tu as trois lunes. Il rapprochait son bras du toit salvateur.
- Mais jamais je n’arriverai à réunir une telle somme ! S’interloqua celui qui pouvait finir en loques.
- C’est ça tes ultimes paroles ? Son ton était sans appel, il avait des intonations de suicide assisté. Il s’était sans doute entraîné spécialement pour l’avoir. Un vrai pro se doit d’être crédible à mort… et la mort était très crédible.
- Non ! Non, c’est compliqué… mes enfants… dit Cald en secouant vaguement les jambes tel le pendu provisoire qu’il était.
- Tu peux toujours les vendre, ça sera un bon début. Dépêches toi de prendre une décision, mon bras faiblit. On sentait que la discussion commençait à lui peser autant que l’endetté qu’il tenait d’une main de moins en moins vaillante.
- Je pay… je payerai ! Pitié … dit faiblement Cald qui virait au bleu.
- Bien. Je crois que c’est un bon choix. Il reposa l’endetté sur le toit, le laissant vomir ses tripes sous le coup de l’émotion.
- Loyanic est un marchand assez rude mais il faut lui laisser l’amour des bonnes tournures. En cas d’accord, il m’a dit de te dire « C’était un tour pendable mais plus agréable qu’être à une tour pendu. »

L’homme en noir disparut, laissant sa victime en sursis seule sur le toit.

Loyanic

Messages : 9
Date d'inscription : 05/04/2018
Age : 33
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [BG] Loyanic

Message par Loyanic le Lun 16 Avr - 11:29

- Et toi, pourquoi t’es là ? Dit le gros mineur tout de sueur couvert en s’essuyant le nez.
- Pour rembourser ma putain de dette dit le second qui continuait d’user sa pioche sur les rochers du fond de la mine.
- Ah, tu dois beaucoup ? cracha-t-il en même temps qu’un gros glaire aussi gras que lui.
- 500 pièces d’or dit le second qui s’acharnait toujours sur le bloc qui lui résistait.
- Putain de bordel de merde, t’as fait quoi pour perdre autant ?
- Un pari, un putain de pari…
- Hében, t’as pas peur de miser gros toi. C’est qui le mec qui t’as plumé ?
- Loyanic. Cette putain de raclure de Loyanic…

L’ambiance était festive une taverne de Sombremont. Loyanic, un artisan-marchand issu de ces terres était de passage pour vendre sa cargaison de fruits et légumes venant de La Plaine et récupérer du minerai, s’octroyant une bonne marge dont une partie était utilisée pour faire bombance dans l’établissement susmentionné.

Affublé de deux demoiselles dont la vertu était aussi petite que le tissu les recouvrant et de quelques gardes du corps, il buvait avec des gens, payait des coups à boire et racontait des histoires. Le clou de la soirée fut quand il proposa un pari avec un client présent dans l’auberge qui regardait sa bourse avec envie.
- Tu veux de l’or, je vais t’en faire gagner si tu es malin dit le marchand.
- Vraiment ? interrogea le client avide.
- Oui, écoutes : je vais poser une pièce d’or sur la table, elle représentera cette bourse qui doit contenir… mmh, disons 500 de ses consœurs. Si tu arrives à attraper cette pièce avant que j’ai bu les 2 grandes pintes que j’ai commandées et qui vont arriver, cette bourse est à toi. Si j’arrive à les boire avant que tu ne t’en saisisses, alors tu me devras 500 pièces d’or, c’est d’accord ?
- Allez, marchand ! Je sais que tes putains de gardes m’attraperont et m’empêcheront de toucher à ta pièce avant que tu n’aies fini tes bières ! dit le client.
- Oui, c’est sûr. Ecoutes, j’interdis à tout le monde de te toucher tout comme personne ne pourra me toucher afin que ni toi, ni moi ne soyons gênés, ça te va ? dit Loyanic.
- Reste que tu peux encore sortir une putain de lame ou je sais pas quoi qui me tienne à l’écart, surenchérit le client, méfiant.
- Tu es dur en affaires et pas bête, j’aime ça ! Alors si quiconque touche à ta personne ou à la mienne, à la pièce, aux bières ou encore à la table, le pari est annulé. J’ajoute même que si je touche à la pièce ou que tu touches aux bières alors on perd notre pari et doit la somme à l’autre. Ainsi je ne vois plus de risques possibles… dit le marchand en se caressant les poils de la moustache en réfléchissant aux termes du pari.
- Dans ces conditions, prépare-toi à me céder 500 pièces d’or ! dit le client en s’approchant.
- Entendu. D’ailleurs, voilà la serveuse. Ma belle, peux-tu poser une chope devant moi et une sur cette pièce d’or sur la table ? dit Loyanic en souriant. Chose qu’elle fit.
- C’est un putain de mauvais tour, j’ai pas le droit de toucher à ton verre. Enfin, il reste que tu devras boire ton deuxième godet plus vite que je ramasse la pièce et ça c’est perdu d’avance ! dit le client en s’asseyant devant le deuxième verre tandis que le marchand buvait tranquillement le premier.
- Oui, sans doute… sauf si je me sers de cette paille que j’ai dans la poche. Tu ne peux pas toucher à mon verre mais je n’aurai pas besoin de le soulever pour le boire. Tu comptes me payer comment ?
- Espèce de voleur ! Marchand véreux ! S’exclama le client en se levant et renversant la bière.
- Tu as renversé ma bière, c’est perdu…
- Jamais je ne payerai ! cracha le client avant de courir vers la sortie

Mais sa course fut interrompue par un poing tendu qui vient s’écraser contre sa face. Son propriétaire semblait contrarié : il venait lui aussi de perdre un pari sur le fait qu’un client allait tenter de s’échapper. Il devait désormais 2 bières à Loyanic…

Loyanic

Messages : 9
Date d'inscription : 05/04/2018
Age : 33
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum